10 animaux qui ont des habitudes alimentaires vraiment spéciales

Contrairement aux humains, les animaux doivent se débrouiller pour trouver leur nourriture et certains ont des habitudes alimentaires très spéciales.

154

C’est toujours l’heure du repas dans le règne animal et alors que certaines créatures dévorent tout ce qu’elles tuent, d’autres prennent un peu plus de temps pour préparer un repas. En fait, certaines de leurs routines sont très similaires aux techniques de cuisson utilisées par les humains. Bien que les robots culinaires, les couteaux, les mélangeurs et les outils de mise en conserve ne figurent pas dans le répertoire culinaire d’un animal, ils utilisent des méthodes plutôt ingénieuses qui semblent tout aussi bien fonctionner. D’un oiseau qui régurgite sa nourriture à l’animal qui a une technique de conservation des aliments très intéressante, voici 10 des animaux qui ont les habitudes alimentaires les plus spéciales.

1. Tamanoirs

soutien67.free.fr

Bien qu’ils puissent ressembler à des aspirateurs, ramasser des fourmis comme des miettes avec un gros reniflement de leur museau n’est pas si facile pour les tamanoirs. Pour capturer un repas, ces mammifères utilisent d »abord leurs grandes griffes pour ouvrir une colonie ou un tronc d’arbre. À partir de là, ils doivent agir rapidement, car les minuscules insectes dont ils se régalent ne tombent pas sans se battre et pourraient les piquer.

Ce qui ressemble à des nez vraiment longs est en réalité leurs mâchoires, donc ils ne reniflent pas du tout les fourmis. Au lieu de cela, ils utilisent leurs longues langues pour recueillir leurs repas. Selon le Smithsonian Natural Zoo (SNZ), les langues des tamanoirs mesurent 0,6 mètre (2 pieds) de longueur et leur salive agit comme de la colle, ce qui facilite le rassemblement rapide de leurs minuscules victimes. Au lieu des dents, les tamanoirs ont des excroissances dures à l’intérieur de leur bouche qui agissent comme des robots culinaires, écrasant les insectes à mesure qu’ils sont consommés. Le SNZ rapporte également que certains tamanoirs sont connus pour avaler de petites pierres qui continuent le processus de concassage dans leur estomac. Lors d’un repas, les tamanoirs peuvent manger quelques milliers d’insectes en quelques minutes.

2. Fourmis coupe-feuille

Cincinnati Zoo

Les fourmis coupe-feuille sont différentes des autres espèces de fourmis dans la façon dont elles font leur nourriture. En fait, selon le Lincoln Park Zoo (LPZ) basé à Chicago, ces fourmis sont les premiers animaux connus pour cultiver leurs propres récoltes comme les agriculteurs. Leur nom vient de leur capacité à couper les feuilles des arbres avec leurs mandibules ressemblant à des ciseaux. Une fois que les feuilles sont coupées, chaque fourmi porte une feuille à la colonie où les feuilles sont ajoutées à une pile, semblable à un tas de compost. Les fourmis ouvrières ajoutent alors leurs excréments ou salive aux feuilles, ce qui agit comme une sorte d’engrais pour aider les feuilles à développer des champignons. Elles utilisent plus tard ce champignon pour nourrir les larves de fourmis. Alors que les fourmis mangent le champignon riche en nutriments, les fourmis adultes se régalent de la sève qui est également produite à partir des feuilles.

3. Araignées-patineuses

Science

Le rituel d’accouplement de l’araignée-patineuse mâle inclut une recette pour la romance. Il sait que pour s’accoupler avec une femelle, il doit faire plus que simplement s’aventurer sur sa toile, donc ce Casanova à huit pattes a sa façon de faire. Il prendra un insecte qui a atterri dans sa toile et l’enveloppera serré dans la soie comme un beau cadeau. Une fois que l’araignée-patineuse mâle a jeté son dévolu sur une compagne, il prend l’insecte enveloppé de soie et le présente à la femelle. Tandis que cette dernière apprécie – et est distraite par – cette friandise savoureuse, le mâle va de l’avant et s’accouple avec elle. Parfois, des temps désespérés appellent à des mesures désespérées et une araignée mâle peut envelopper un objet non comestible comme un petit caillou si elle n’arrive pas à trouver un insecte. Ce don est encore accepté par la femelle, mais le mâle doit agir vite, car elle attaquera quand elle déballera l’offrande et réalisera son acte de tromperie.

4. Vautour percnoptère

Futura-Sciences

Le vautour percnoptère pourrait être comparé à des «gratuivores», qui sont des gens qui essaient de maintenir un style de vie sans consommation commerciales, en trouvant leur nourriture dans les bennes à ordure, par exemple. Cet oiseau emploie des tactiques similaires pour trouver ses repas. Le vautour percnoptère n’a pas de sens de l’odorat et s’appuie sur sa vision pour localiser la nourriture. Il va dans les bennes à ordures pour les fruits et légumes et est même connu pour manger des excréments. Bien que ce vautour ne semble pas avoir un palais raffiné, il utilise une technique spéciale pour casser les œufs qui lui vaut une grande reconnaissance. En fait, le vautour percnoptère est le seul oiseau qui mange des œufs. Il préfère les œufs d’autruche, mais ils sont trop gros pour être ramassés, donc cet oiseau prend des pierres dans sa bouche et les jette sur l’œuf jusqu’à ce que la coquille se brise.

5. Crocodile

metro.co.uk

Le sourire d’un crocodile est l’un de ses traits les plus reconnaissables, mais ces reptiles écailleux n’ont jamais eu de bonnes manières à table et n’utilisent pas leurs dents pour mâcher leur nourriture correctement. Au lieu de cela, ils utilisent leurs grosses pinces pour attraper et tenir des proies dans une poigne mortelle avant de les avaler en entier. Bien sûr, cette tactique ne fonctionne que sur les petits animaux, de sorte que les crocodiles utilisent leurs dents et leurs mâchoires comme des robots culinaires sur de plus grandes victimes. Ils broieront leurs repas jusqu’à ce que la nourriture soit décomposée en bouchées plus maniables. Si les crocodiles tombent sur des créatures à carapace dure, leurs dents agissent comme des casse-noix, brisant les coquilles pour atteindre le centre charnu.

6. Écureuil roux

blog.holidaylettings.co.uk

Tout comme son cousin gris, l’écureuil roux rassemble noix et graines pendant l’été et l’automne en prévision de l’hiver, mais cette créature des bois à queue touffue a un autre tour dans sa manche lorsque les rations de l’hiver commencent à manquer. Il mord dans le côté d’un érable, perce des trous dans l’écorce et attend que le sirop d’érable suinte du centre de l’arbre. Après que le sirop ait séché sur l’écorce des arbres, l’écureuil roux retournera pour lécher le résidu sucré. Selon Bernd Heinrich, naturaliste et auteur de Winter World: l’ingéniosité de la survie animale, c’est une excellente stratégie de survie, car le sirop donne une énergie nécessaire pendant l’hiver lorsque les autres sources de nourriture sont rares.

7. Macaque japonais

Futura-Sciences

Ne vous attendez pas à ce que le macaque japonais mange de la vieille nourriture qu’il ramasse au sol. Cet animal est plus civilisé que le singe moyen. Aussi appelé singe des neiges, le petit primate est originaire du Japon et mange une grande variété d’aliments, y compris des plantes, des insectes et des fruits. Ce qui rend les repas si intéressants avec ces créatures, c’est qu’ils lavent leur nourriture avant de la manger. Les chercheurs ont découvert cela quand ils ont laissé des patates douces sur la plage pour un groupe de macaques. Une femelle a pris une pomme de terre et l’a lavée dans l’eau avant de la manger et le reste des macaques a emboîté le pas. L’eau de l’océan nettoie non seulement la nourriture, mais le sel qui s’y trouve sert aussi d’assaisonnement.

8. Pie-grièche

elaniorapaz.blogspot.com

Quiconque a déjà mangé du maïs en épi sait à quel point ces petites brochettes en forme de maïs que l’on pique à chaque extrémité sont pratiques pour le manger plus facilement et un oiseau intelligent utilise une méthode similaire pour manipuler ses repas. La pie-grièche, un oiseau chanteur que l’on trouve principalement dans le sud du Canada et le nord des États-Unis, capture des insectes et autres petits vertébrés, puis les pique sur des épines, des tiges épineuses ou même des barbelés. Ces objets pointus facilitent beaucoup la tâche de la pie-grièche, car elle peut enlever ce qu’elle veut en petits morceaux et revenir plus tard. Selon l’Université Cornell, la pie-grièche utilise également cette méthode afin de pouvoir manger des insectes venimeux. Après avoir glissé sa victime sur la brochette, elle attend quelques jours que les toxines se dessèchent, puis retourne se régaler de ses prises.

9. Scarabée nécrophage

Nextews

La méthode de préparation des aliments de ce coléoptère est si unique qu’il a été nommé d’après ce processus. L’idée qui sous-tend la technique utilisée par les scarabées nécrophages est similaire à la façon dont un humain peut conserver des objets en les mettant en conserve ou en les congelant, pour garder les aliments frais tout en stoppant la croissance des bactéries. Lorsque le scarabée trouve un oiseau mort ou un rongeur, il prépare immédiatement le repas pour ses petits. Tout d’abord, il recouvre la carcasse de sécrétions buccales qui sont antibactériennes et antifongiques et ralentissent le processus de décomposition. Ensuite, le scarabée creuse un trou pour la carcasse et tapisse la zone avec la fourrure ou les plumes qu’il a dépouillées de l’animal mort. Puis, il met la carcasse préservée dans la tombe et creuse un nid pour ses propres bébés bousiers juste à côté, de sorte que les larves puissent se nourrir facilement de la carcasse. Ce processus de conservation ne prend que huit heures environ.

10. Abeille

Photographie Nature et Macrophotographie

L’abeille est le seul insecte qui produise de la nourriture disponible pour la consommation humaine et elle n’a pas gagné le nom d’«abeille ouvrière» pour rien. Pour faire du miel, les abeilles butineuses recueillent le nectar des fleurs et retournent à la ruche où les ouvrières prennent le nectar et commencent à le transformer en miel en évaporant l’eau du nectar. Ce processus peut prendre un certain temps, car elles doivent manger et ensuite régurgiter le nectar à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il devienne miel.


Source: Care2