Meghan Markle et prince Harry: tout ce qui sera interdit à leurs enfants

Avoir Meghan Markle et le prince Harry comme parents peut sembler plutôt chouette, mais leurs enfants ne pourront jamais vivre comme des jeunes normaux.

3094

Bien que l’annonce de la grossesse de Meghan Markle ait été très attendue, il ne s’agissait pas, il faut l’admettre, d’une surprise de taille. Le prince Harry et Meghan Markle ont dit clairement qu’avoir des enfants était dans leur plan. Même avant leur mariage, ils avaient discuté de leur projet d’avoir des enfants lors de leur première interview commune avec BBC News. La décision d’avoir des enfants est importante, que vous soyez membre de la royauté ou non, mais il y a certainement une pression supplémentaire qui vient avec le fait d’être un héritier du trône britannique. Grandir dans la famille royale donne lieu à une enfance inhabituelle, comme le sait Harry, et il y a certaines choses, comme celles qui suivent, qui seront interdites à leurs enfants.

1. Obtenir certains titres royaux

Hello Magazine

Contrairement aux enfants du prince William et de Kate Middleton, les enfants de Harry et Meghan ne seront pas appelés princes ou princesses ni ducs ou duchesses. La raison remonte à 1917, lorsque le roi George V a mis en place ce qu’on appelle les Lettres patentes. Le document stipule, en partie, que «les petits-enfants des fils d’un tel Souverain de la lignée masculine directe», à l’exception du fils aîné du Prince de Galles (actuellement Prince George), «doivent avoir et jouir en toutes occasions du style et du titre des enfants des ducs de ces royaumes».

Bien que la princesse Charlotte ait été incluse plus tard en 2013 grâce à la Loi sur la succession à la Couronne, le décret du roi George signifie essentiellement que tout autre arrière-petit-enfant de la lignée masculine du souverain régnant n’aura pas le titre de Son Altesse Royale. Ainsi, si Harry et Meghan devaient avoir un fils, on l’appellerait Seigneur, alors que leur fille serait Dame.

2. Aller à l’école publique

BBC America

Les membres de la famille royale n’ont jamais fréquenté les écoles publiques financées par l’État. En fait, même la fréquentation d’une école privée est en quelque sorte une idée nouvelle pour l’élite britannique. Le prince Charles fut le premier héritier du trône à renoncer à l’éducation traditionnelle à domicile. Auparavant, des tuteurs et des gouvernantes étaient embauchés pour éduquer les jeunes membres de la famille royale.

Selon le Town & Country Magazine, William et Harry sont devenus des étudiants à temps plein à Ludgrove School, un pensionnat, à l’âge de 8 ans. Les garçons ont fini par aller à l’école secondaire à Eton College. «Ils ont fait un gros effort pour donner l’impression que [Harry] était une personne normale. De toute évidence, il venait de la famille royale, mais je pense que l’école et toutes les personnes présentes voulaient qu’il se sente inclus», a déclaré à The Cut un ancien élève du nom d’Alexander, faisant remarquer que Harry avait des «amis normaux» et qu’il assistait aux fêtes d’anniversaire comme les autres adolescents.

3. Participer aux traditions habituelles de Noël

gentmag.pl

Bien que les traditions de Noël varient de famille en famille, il y a des traditions que la plupart des gens qui célèbrent cette fête semblent suivre. Il est courant pour les familles de placer des cadeaux sous un arbre de Noël et d’échanger de se les échanger le 25 décembre. Mais cette tradition ne s’étend pas à la famille royale. Selon le site officiel de cette dernière, les membres de la famille royale «déposent leurs cadeaux sur des tables à chevalets» et «échangent leurs cadeaux à l’heure du thé» la veille de Noël. Chaque membre de la famille recevra également un cadeau de la Reine – mais cela ne veut pas dire que le père Noël est totalement tiré d’affaire.

Alors qu’il était en Finlande en 2017, le Prince William a présenté au père Noël une liste de souhaits de son fils George. Hello! partageait une photo en gros plan de la liste sur laquelle une phrase dactylographiée disait: «Cher père Noël, cette année, j’ai été vilain/gentil». Comme vous pouvez l’imaginer, le jeune prince a encerclé «gentil». Même s’il y avait assez d’espace sur la feuille pour demander cinq cadeaux, George a fait simple et n’a demandé qu’une seule chose: une voiture de course.

4. Porter tout sauf des shorts et des robes

aol.com

Quand Harry et Meghan auront des enfants, vous pouvez vous attendre à ce qu’ils suivent le même code vestimentaire que leurs cousins royaux. Et, pour être honnête, c’est une coutume assez étrange. L’expert en étiquette Grant Harrold, alias «The Royal Butler», a expliqué la tradition datant du 16e siècle de la famille royale à BBC News, disant que les jeunes garçons de l’époque portaient «des toges ou des robes jusqu’à l’âge de huit ans, sinon avant.» Aujourd’hui, cela a changé. À l’exception d’une robe de baptême, les garçons de la famille royale portent maintenant des shorts la plupart du temps.

Tout comme les garçons portent des shorts, les filles issues de la famille royale portent des robes au lieu de pantalons. «Si vous regardez des photos de jeunes filles royales – de la princesse Anne à Charlotte, vous remarquerez qu’elles ont tendance à porter des robes quand elles sont en public avec leurs parents», a déclaré Marlene Koenig, experte royale au Harper’s Bazaar. Bien que l’expert affirme qu’il n’existe aucune règle officielle interdisant les pantalons, les filles de l’âge de Charlotte portent souvent des robes de sport.

5. Jouer au Monopoly

mashable.com

Les enfants de Harry et Meghan peuvent être autorisés à jouer aux Hippos gloutons et à Serpents et échelles, mais il y a un jeu de société qui est complètement hors limites pour la famille royale: le Monopoly.

Lorsque le prince Andrew s’est rendu à la Leeds Building Society pour déjeuner et visiter leur quartier général rénové, il s’est avéré être plutôt doué pour ce jeu populaire. Selon le Telegraph, le prince a révélé: «Nous n’avons pas le droit de jouer au Monopoly à la maison. C’est trop vicieux».

Il s’avère que la reine d’Angleterre n’a pas tort d’interdire ce jeu de société. Le monopole peut devenir moche. Si laid, en fait, que le fabricant de jeux de société Hasbro a annoncé la création d’une téléassistance spéciale pendant les vacances de Noël en 2016. Craig Wilkins, directeur du marketing de Hasbro UK et d’Irlande, a déclaré au Telegraph: «Nous aurons des experts sur place avec les règlements officiels pour régler instantanément tout différend et des conseils sur la façon de résoudre les plaintes courantes, chaque personne ayant également la possibilité de faire un don à Childline quand elle appelle.»

6. Prendre des selfies

BBC

Lorsque les enfants de Meghan Markle et du prince Harry seront assez vieux pour posséder des téléphones cellulaires, il y aura certaines restrictions. D’abord, la Reine ferait mieux de ne pas attraper ses arrière-petits-enfants en train de faire des selfies. En novembre 2017, l’experte royale Victoria Murphy a révélé dans un tweet: «Meghan apprend déjà les ficelles royales, disant à un couple qui a demandé un selfie à Nottingham aujourd’hui: « On n’a pas le droit de faire des selfies »».

Matthew Barzun, ambassadeur des États-Unis, a déclaré à Tatler Magazine (via The Telegraph) que Sa Majesté trouve «étrange» de ne rien voir d’autre que des téléphones portables qui lui sont destinés lors d’engagements publics. «Elle disait essentiellement: « Le contact visuel me manque »», a-t-il dit à la publication.

Avant la tournée royale de William et Kate en 2016, un guide d’étiquette publié par le ministère du Patrimoine canadien expliquait (par le biais de Royal Events: Rituals, Innovations, Meanings) que «tourner le dos au duc et à la duchesse et prendre un selfie est découragé si possible. Je sais que c’est amusant à faire, mais ils préfèrent voir votre visage.»

7. S’asseoir avec leurs parents pendant le dîner

cookinglight.com

L’ancien chef royal Darren McGrady a présenté au magazine Hello! certaines des habitudes à table de la famille royale. Pour Noël, une année, il a dit: «Nous avons fait trois dindes pour la Reine et sa famille dans la salle à manger royale, une pour la crèche des enfants et plus pour la centaine d’employés, alors tout le monde a eu un repas de Noël».

McGrady a expliqué: «Les enfants mangeaient toujours dans la crèche jusqu’à ce qu’ils soient assez grands pour se conduire correctement à la table à manger». Le chef a dit que c’était très «victorien». Au lieu d’être assis dans des chaises hautes ou à côté de leurs parents, les nounous nourrissaient les petits séparément.

Harper’s Bazaar s’est fait l’écho de ce sentiment en écrivant que les enfants royaux «ne seraient pas autorisés à s’asseoir avec des adultes» avant d’avoir maîtrisé «l’art de la conversation polie». Si c’est toujours le cas dans la famille royale, les mêmes règles s’appliqueront probablement aux enfants de Harry et Meghan.

8. Manger certains aliments

The Independent

En plus de manger séparément de leurs parents, les tout-petits de Harry et Meghan n’auront pas le droit de manger certains aliments. On a longtemps dit que la reine Elizabeth II n’était pas une fan de l’ail et elle a donc interdit à la famille d’en manger. Bien que cela semble difficile à croire, Camilla Parker-Bowles, duchesse de Cornouailles, a éclairci les choses à MasterChef Australie. «Je déteste dire ça, mais l’ail», confesse la duchesse (via Us Weekly), «L’ail est un non catégorique». Quand Gary Mehigan, l’un des juges de l’émission a demandé: «Parce que vous parlez, faites la conversation?» Camilla a répondu: «Oui, exactement. Donc tu dois toujours laisser tomber l’ail».

En 2000, BBC News révélait que la Reine avait également interdit «les crustacés, les viandes rares, les eaux étrangères et toute nourriture trop épicée ou exotique». Malgré tout, ces dernières années, William a révélé qu’il aime les sushis et le prince Charles a été photographié en train de manger une huître. Bien que les enfants de Meghan et Harry pourront effectivement manger des mollusques et crustacés lorsqu’ils seront assez grands, il semble que l’ail sera toujours, comme l’a dit Camilla, un «non catégorique».

9. Voyager n’importe où sans sécurité

popsugar.com

Malheureusement pour Meghan Markle et les enfants du prince Harry, il n’y aura pas d’intimité ou de vie sans sécurité – et pour de bonnes raisons. À l’âge de quatre ans, la vie du prince George a été menacée. Depuis, TMZ a rapporté que l’école de George «aura renforcé la sécurité». Le jeune prince sera également escorté par des officiers supplémentaires.

Et, à première vue, William emmenant son fils à l’école semble si simple, mais même le simple fait d’y conduire est un «cauchemar de sécurité et de logistique», selon Metro. «Il aura avec lui son équipe permanente de protection royale», a expliqué Simon Morgan, ancien agent de protection royal. «Il y aura un plan de maintien de l’ordre plus large en ce qui concerne les ressources supplémentaires qui seraient nécessaires en cas de problème.» Morgan a également révélé que les routes devraient être changées fréquemment et qu’il faudrait éviter le trafic pour que le jeune enfant royal ne reste pas trop longtemps au même endroit. Et, en plus de tout le reste, il doit aussi être à l’heure à l’école.

Vous pouvez parier que dès que le prince Harry et Meghan Markle deviendront parents, la sécurité sera à leur disposition.


Source: The List