L’école appelle pour lui dire que son enfant a frappé un autre élève: sa réponse étonne tout le monde!

Comment réagiriez-vous si l'école vous appelait pour vous dire que votre enfant en avait frappé un autre? Voici la réaction de cette mère!

7351

Lorsque nous avons des enfants et qu’on nous annonce qu’ils ont mal agi, il est tout à fait normal que nous soyons déçus. Toutefois, il est important de connaître toutes les raisons qui ont mené à leur geste avant de les punir. Une mère s’est fait appeler par le personnel de l’école où étudie son enfant, car celle-ci se serait battue avec un autre élève.

Bien sûr, la maman a décidé de donner une leçon à sa fille. Elle a rapidement changé d’idée quand elle a connu toutes les circonstances de l’histoire.

Voici le récit de cette mère:

«Je suis infirmière à l’urgence. Nous ne sommes pas autorisés à avoir nos téléphones sur nous, on doit les laisser dans les casiers. Un appel privé m’a été transmis depuis la réception de l’hôpital.

Interlocuteur: Je suis professeur à l’école. Il y a eu un incident impliquant votre fille. Nous avons besoin que vous veniez.

Moi: Elle est malade ou blessée? Est-ce que cela peut attendre la fin de mon tour dans deux heures?

Interlocuteur: Votre fille a frappé un autre élève. Nous essayons de vous joindre depuis 45 minutes. C’est vraiment très sérieux.

 

Je me suis rendue à l’école et je me suis précipitée dans le bureau du principal. J’y ai vu ma fille, un professeur, une conseillère en éducation, le principal, un garçon avec du sang autour du nez et le visage tout rouge et les parents de ce dernier.

Principal: Comme c’est agréable de votre part de FINALEMENT nous rejoindre!

Moi: Oui, les choses étaient vraiment compliquées à l’urgence. J’ai passé la dernière heure à faire près de 40 cicatrices à un petit de 7 ans qui avait été battu par sa mère avec une barre en métal et j’ai dû en faire part à la police. Désolée pour l’attente.

Après l’avoir regardé essayer de ne pas paraître embarrassé, il m’a expliqué ce qui s’est passé. Le garçon avait pincé le soutien-gorge de ma fille et elle l’avait frappé deux fois au visage. J’ai alors eu l’impression qu’ils étaient tous plus énervés contre ma fille que contre le garçon. 

Moi: Oh. Et vous voulez donc savoir si je vais porter plainte contre lui pour agression sexuelle contre ma fille et contre l’école pour lui avoir permis de le faire?

Ils ont tous tiqué quand j’ai mentionné l’agression sexuelle et ont commencé à tous parler en même temps.

Professeur: Je ne pense pas que c’était aussi sérieux que ça.

Conseillère: Ne réagissons pas de manière excessive.

Principal: Je pense que vous vous égarez.

La mère du garçon a commencé à pleurer. Je me suis tournée vers ma fille pour savoir ce qui s’était passé.

Ma fille: Il n’arrêtait pas de me pincer le soutien-gorge. Je lui ai demandé d’arrêter, mais il continuait, donc je l’ai dit au prof. Il m’a dit de l’ignorer. Le garçon a continué et a défait mon soutien-gorge, donc je l’ai frappé. Et ensuite il a arrêté.

Je me suis tournée vers le professeur.

Moi: Donc vous l’avez laissé faire? Pourquoi ne l’avez-vous pas arrêté? Venez donc par là et laissez-moi toucher le devant de votre pantalon.

Professeur: Quoi? Non!

Moi: Ah? Donc ça vous semble inapproprié? Pourquoi n’allez-vous pas tirer sur le soutien-gorge de la conseillère? Juste pour voir à quel point c’est drôle pour elle. Ou sur le soutien-gorge de la maman de ce garçon. Ou sur le mien. Ou vous pensez que c’est drôle seulement entre enfants?

Principal: Avec tout le respect qui vous est dû, votre fille a frappé un autre enfant.

Moi: Non. Elle s’est défendue elle-même d’une agression sexuelle de la part d’un autre élève. Regardez-les. Il mesure une tête de plus qu’elle et pèse deux fois plus. Combien de fois aurait-elle dû le laisser la toucher? Si la personne censée l’aider et la protéger dans la classe ne voulait pas être dérangée, qu’aurait-elle dû faire? Il a tiré tellement fort sur son soutien-gorge qu’il l’a défait.

La maman du garçon continuait à pleurer et son père paraissait à la fois en colère et embarrassé. Le professeur n’osait même pas me regarder.

J’étais tellement en colère que j’ai récupéré les affaires de ma fille et que nous sommes parties. J’ai dénoncé les faits auprès de l’administration et on m’a assuré que cela serait traité.»

Cette histoire risque de faire réfléchir plusieurs personnes dans leur façon de réagir.

Félicitations à cette maman!


Source :

Trop cute